Numérique

Relier l’ancienne corde à la nouvelle: le mardi des communautés de l’AIS22 à Maurice

Les projecteurs sur AFNOG et les NOGs

Nancy Dotse AFNOG
Nancy Dotse AFNOG

Discrète et presque effacée, Nancy Dotse est pourtant l’une des figures féminines d’AFNOG (African Network Operators Group). Lors du mardi des communautés à l’AIS22 à Maurice, elle a représenté l’Organisation communautaire qui regroupe les organismes de la société civile et technique africaine. Toujours dans un ton très calme et concentré, elle a pris part aux côtés des noms comme Tidjani Benjemaa, Eddy Kayihura, Alain AïNA au panel sur la participation de tous les acteurs potentiels de la communauté Af* pour un meilleur engagement de ladite communauté. A la fin de cette journée, elle a bien voulu répondre à quelques unes de nos questions.

1. Présentation, vision et mission de l’AFNOG

African Network Operators Group (AfNOG) est un forum pour la coordination technique et la coopération entre les fournisseurs de services Internet africains et les ingénieurs de réseau des universités, des instituts de recherche et de l’industrie de la région. Notre mission est de partager l’expérience des défis techniques dans la mise en place, la construction et le fonctionnement des réseaux IP sur le continent africain. L’objectif est de construire une communauté d’ingénieurs pour s’entraider dans l’exploitation de l’infrastructure Internet en Afrique et sur l’Internet mondial, ainsi que de promouvoir la discussion des questions relatives à la mise en œuvre de nouveaux réseaux qui nécessitent une coopération communautaire.

2. Quels sont les rôles des GNO dans le développement des communautés et de l’Internet ?

Nous avons soutenu la création de GNO dans les pays pour « ramener AfNOG à la maison« , pour ainsi dire. Ils doivent créer une communauté locale d’ingénieurs réseau qui s’entraident pour construire l’infrastructure Internet dans leurs différentes communautés. Ils forment et encadrent également de jeunes ingénieurs après avoir participé au principal atelier annuel AfNOG.

3. Que font-ils sur le terrain ?

Les NOGs sont notamment impliqués dans les activités suivantes :

a) Ils organisent des mini-ateliers pour la communauté technique.
b) Ils s’entraident sur leurs différents lieux de travail, c’est-à-dire les établissements d’enseignement, les sociétés de télécommunication, le gouvernement, pour installer, exploiter et maintenir l’infrastructure Internet dans leurs différentes localités.
c) Ils organisent des programmes de sensibilisation dans les établissements d’enseignement et leur enseignent l’Internet, etc.
d) construire une communauté d’ingénieurs dans leurs localités.

4 Vous avez présenté ce mardi AFNOG et pris part à une des tables rondes les plus importantes de la journée, dites-nous, quels ont été les points forts de cette journée dédiée aux communautés ?

Les points forts étaient :

a) L’internet en Afrique, faire face à l’évolution de l’écosystème.
b) Les mises à jour par les différentes Af* montrant leurs activités
c) Comment améliorer la collaboration et la coopération entre les organisations de l’écosystème de l’Af*, pour un écosystème plus actif et plus sain.
d) Apporter tout le potentiel pour un meilleur engagement dans la communauté Af*.

Messieurs Nii Quaynor et Alain AÏNA
Messieurs Nii Quaynor et Alain AÏNA

 

 

5 Plusieurs pères et membres fondateurs sont présents en ligne et sur le site ais22, dites-nous, à partir de leurs interventions, ce que nous pouvons tirer comme primordial, orientation et conseil.

Les Pères Fondateurs se sont battus pour l’espace de l’Afrique dans l’écosystème Internet depuis 1995 pour « frapper contre le tecno-colonialisme » Malgré des succès modestes, la fracture numérique demeure. Il s’agit donc d’un appel pour la communauté technique africaine à s’engager davantage, à avoir des conversations fructueuses sur la façon d’améliorer le système et à construire un écosystème Internet plus sain et plus fort pour la communauté Internet africaine. C’est le seul moyen de combler la fracture numérique.

 

Tags
Afficher plus

Les Cahiers de Ganiath

Je suis Ganiath BELLO, celle qui se cache derrière Les Cahiers. Et grâce à vos lectures, abonnements et encouragements, je vis et réalise mes rêves!!! Merci,Merci, Merci. Les Cahiers de Ganiath, c'est un blog-magazine qui parle de femmes, d'entrepreneuriat, de numérique et de culture en Afrique. L'idée à la base, et je l'ai redit à l'occasion de la cérémonie de distinction de Bénin Blog Awards 2018, cérémonie au cours de laquelle j'ai reçu le prix de la Meilleure Blogueuse Béninoise de l'année; je disais donc, qu'à la base; ce blog-magazine, c'est pour autrement faire du journalisme. Un métier qui toujours a été ma passion. Si on nous tacle d'être les "apporteurs de mauvaises nouvelles à travers le monde"; je veux me compter parmi les blog-médias qui ne révèlent que les côtés positifs, motivateurs et brillants de notre cher continent MAMA AFRICA! Vos contributions de toutes sortes: commentaires, abonnements, likes, suggestions, achats de tranches publicitaires sont donc très très très et plus que les bienvenues... MERCI de vivre avec moi, Mon Rêve! Bisous et essayez toujours de garder la pêche! C'est toujours mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :